À plat comme une planche publicitaire, on m’appelle Flatwoman dans les cartoons, pas plus d’épaisseur qu’une feuille de calque oubliée sur un bureau.
Dehors, le coton de la neige assourdit les carreaux de ma fenêtre.
Au-delà, l’univers émet un bruit de papier blanc.
Dedans, le radiateur ronfle et souffle son haleine chargée de poussière.
Quand il éternuera, je glisserai du fauteuil et il ne restera presque rien : une page invisible sur le tapis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *