Les chanteurs de rue

Une gravure de Georg Emanuel Opiz (1775 — 1841), un Praguois emporté à Paris pour fêter la défaite de Napoléon. Il s’agit probablement d’une des scènes de caractère de Charakterszenen aus dem Leben in Paris qu’il publie plus tard, en 1819.
Cette enseigne qui luit dans la nuit attire l’œil, une lampe pour un papillon… non, non, je ne pense pas à un géomètre, mais à Selma Lagerlöf et à son charretier de la mort, l’alcool comme un fanal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.