Le Novelliste existe

Hey, secouez-vous un peu ! Le Novelliste : on parle d’une revue de l’Imaginaire, une revue sur papier !
Tout le monde pleure sur la disparition des revues, du papier, des bancs d’essai, du suivi attentif des auteurs, du manque de diversité et j’en passe dans les regrets. Et là, un professionnel de notre sphère se lance dans l’aventure avec toute l’exigence d’un passionné de littérature, avec le concours d’autres gens du métier pour réaliser un objet qui ne sera pas seulement un contenu, mais aussi un support de qualité pour les textes et les illustrations, et… rien ou si peu d’enthousiasme*.

Quoi ? Ah oui, nous ne sommes plus sur Facebook en personne…

Faut-il en déduire que fabriquer du concret, réfléchir à son aspect et envisager une publication de l’Imaginaire, régulière, ne vaut pas l’attention des lecteurs ? Ou celle des auteurs ? Car il y eut un appel à textes, aux traductions d’ancien et aux inédits contemporains, auquel ont répondu, heureusement, des personnes de talent, à la plume et au crayon, quand des artistes ont accepté d’illustrer les nouvelles.

Notez bien que je m’énerve et rue, comme d’habitude, dans les brancards en prêtant le flanc aux critiques faciles : « Et la voilà qui se vante en douce parce qu’elle fait partie du sommaire. On ne me la fait pas, hein ? ». Que ceux qui le pensent se mouchent, je tempête malgré ma présence au sommaire : je me moque assez de ma popularité personnelle pour souhaiter que d’autres auteurs me concurrencent à l’avenir, afin que les lecteurs connaissent la revue, la lisent pour son attrait, sa diversité, sa qualité, et gaussez-vous ou non de mon enthousiasme, afin que Le Novelliste existe.

Le Novelliste #1, Novembre 2016

*Mille mercis aux premiers soutiens !

4 réactions à “Le Novelliste existe

  1. L’esthète de mule rue dans les brancards… ^^ Voilà qui n’a rien d’étonnant. Mais une cinquantaine de vue depuis la mise en ligne hier, j’estime que c’est pas mal, pour une revue qui n’est pas encore sortie… Donc, tout va bien. (Merci quand même du ramdam et du tamtam. Et au passage : Hello Joe !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *