Une merveille !

Comment ce livre atterrit sur le trottoir d’une braderie ? Mystère que je ne résoudrai pas, je me contente de l’ajouter à ma bibliothèque à ma grande joie. Écrit en géorgien que je suis incapable de déchiffrer, il est heureusement accompagné d’une notice sur papier libre bleu en russe, anglais et français. Il s’agit d’un catalogue commenté des miniatures, enluminures et de la calligraphie du poème de Chota Roustavéli : Le chevalier à la peau de tigre – d’autres disent de panthère. Un fabuleux trésor littéraire, l’équivalent d’un roman courtois, mais aussi une aventure profane et l’expression de souhaits modernes. Le poète l’écrivit dans sa jeunesse, en l’honneur de la jeune reine qu’il aimait : une femme régnante après que son père ait abdiqué en sa faveur et qui annonce, pour les Géorgiens, l’âge d’or de leur nation. Étonnant d’apprendre que le roman appelait à l’égalité entre les hommes et les femmes et à l’abolition de l’esclavage, quoique dans un régime féodal autocratique. Moins étonnant de lire que la religion et ses représentants n’eurent de cesse d’empêcher sa diffusion, de l’interdire, de le brûler. Si presque tous les manuscrits contemporains à Chota Roustavéli (vers 1172 – vers 1216) ont été détruits par leur faute, ils n’ont pu empêcher les copies siècle après siècle et devenir une tradition populaire : jusqu’à la fin du XIXe siècle, les jeunes épousées recevaient un exemplaire du poème dans leur trousseau.

Šalva Amiranašvili (1899-1975), directeur du Musée des Beaux-Arts de Tbilissi a édité pour le compte des arts officiels ce très beau livre grand format où il a choisi de reproduire le maximum de miniatures en pleine page sur du papier semi-glacé. La reprographie soignée aux couleurs superbes de la centaine de vignettes n’a subi aucun dommage depuis cinquante ans pour ma chance, et m’offre un merveilleux album d’images.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

— Titre original : ვეფხისტყაოსნის დასურათება : მინიატურები, შესრულებული XVI-XVIII საუკუნეებში / [შედგენილია და მხატვრულად გაფორმებულია გ. გორდელაძის მიერ / შესავალი წერილი და რედ. შ. ამირანაშვილისა] T̕bilisi : Sabčota Sak̕art̕velo, 1966

Pour en savoir plus, la fiche Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.