Ai-je déjà dit combien me mettent en joie nos tentatives de dialogue professionnel, au Robert Darvel et moi ?

RD :
— i !
(le « H » déclare forfait, ce matin)

CL
— Et l’eau ?

RD
—[;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;]
Que vais-je bien pouvoir faire de tout ce stock qui me reste sur les bras, hein ?

CL
— Tu les conserves à l’abri de l’r.

RD
— Ne conclus rien de personnel au fait que le pivot de l’affaire soit « nous allons où nous mènent les mules » !

…tout à coup, avant de taper « entrée », je me demande si nos virgules téléguidées sont compréhensibles hors de l’atmosph’r ?
Messie, voyons, je suis même encore plus sûre que messie.

 

 ∴


Bientôt : Femmes d’argile et d’osier par Robert Darvel aux Moutons électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *