Un baiser, sd.

Cette ombre baignée de rouge, la solitude, l’étroitesse du sentier, un faux pas du garçon, ils furent jetés l’un sur l’autre, enlacés, collés l’un à l’autre, les cheveux de Gabriel plein les mains de Clémence qui lui dévora la bouche d’un baiser lent, profond, épuisant.
— « La Pirane », Lucie Delarue-Mardrus.

 

Idylle de faubourg, 1913.
Baiser à la grille, sd.

 

 

 

 

 

 

Je ferme les yeux dans les fleurs ; j’aspire un immense baiser, une délirante tendresse, qui mêle mes larmes à la rosée. Ma vie est un baiser, un souffle de fleurs – et je meurs !
— « Le Chevalier aux hermines », Émile Masson.

 

Baiser du départ, 1915.

Mais la bouche était bien d’une femme ; les lèvres pleines appelaient le baiser qu’elles accueillaient d’un sourire heureux, presque reconnaissant.
— « À tes pieds ! », Jules Lermina.

 

Un baiser, sd.

 

Ces hardes étaient trempées de larmes, attiédies de baisers ; et Gentillie avait fini par y noyer tout doucement son dernier souffle.
— « Gentillie », Georges Eekhoud.

 

Bonheur, vers 1905

 

Les textes sont extraits de l’anthologie Quand l’amour déraille, Flatland 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.